cœno-


cœno-

⇒CŒN(O)-, (CŒN-, CŒNO-)élément préf.
Élément préf., servant à former des composés, princ. des subst. dont le 2e terme est tiré du gr., dans les domaines de la bot., de la biol. végét. et animale, et indiquant la présence de plusieurs éléments vivant ensemble dans un organe.
Rem. Voir aussi cœnogénétique, cénesthésie, cœnesthésie, cénesthésique, cœnesthésique, cénobite, cénobitique ainsi que les empr. au lat. comme cénure, cœnure, cénurose, cœnurose.
A.— BOTANIQUE :
cœnogamète, subst. masc. « Gamète renfermant plusieurs noyaux » (L. PLANTEFOL, Cours de bot. et de biol. végétale, t. 2, 1931, p. 119; attesté aussi ds Lar. encyclop. et Méd. Biol. t. 1 1970)
cœnozygote, subst. masc. « Œuf renfermant plusieurs noyaux » (L. PLANTEFOL, Cours de bot. et de biol. végétale, t. 2, 1931, p. 96); attesté aussi ds Lar. encyclop. et Méd. Biol. t. 1 1970
B.— BIOLOGIE :
cœnocyte (gr. , « creux, cavité »), subst. masc. « Organisme en tissu ne présentant pas la structure cellulaire » (Lar. encyclop.; attesté également ds Méd. Biol. t. 1 1970)
cœnocytique, adj. [En parlant du tissu protoplasmique de certains champignons et algues] « Qui présente cette structure non cellulaire ». Structure cœnocytique (L. PLANTEFOL, Cours de bot. et de biol. végétale, t. 2, 1931, p. 121). Mycélium cœnocytique (L. PLANTEFOL, Cours de bot. et de biol. végétale, t. 2, 1931, p. 151). cf. aussi Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 785. Attesté ds Méd. Biol. t. 1 1970.
C.— ZOOLOGIE :
cœnenchyme (gr. , « infusion, injection »), subst. masc. « Tissu vivant intercalaire unissant les polypes d'une colonie de coraux » (cf. E. PERRIER, Traité de zool., t. 1, 1893, p. 732). Synon. cœnosarc (cf. infra). Attesté ds GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.
cœnosarc, cœnosarque (gr. , « chair d'une plante, pulpe de la plante »), subst. masc. Tissu commun intercalaire, le cœnosarque (E. PERRIER, Traité de zool., t. 1, 1893p. 689). Synon. cœnenchyme. Attesté ds Lar. 19e Suppl. 1890-Lar. encyclop. et QUILLET 1965.
D.— DIDACTIQUE :
cœnontologie, subst. fém. Synon. de ontologie cœnoscopique (cf. infra). La métaphysique « cœnontologie » (COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances, 1851, p. 504). Attesté ds BESCH. 1845, Lar. 19e et Nouv. Lar. ill.
cœnoscopique, adj. « Qui a pour objet les propriétés générales des êtres » (Lar. 19e). Ontologie cœnoscopique. Attesté en outre ds BESCH. 1845, LITTRÉ; GUÉRIN 1892 (qui renvoie à cénoscopique) et Nouv. Lar. ill.
Vitalité. La nomenclature cumulative du TLF cite une cinquantaine de mots, la plupart comportant le préf. entier coeno-, formés à l'aide de ce préf. dans les domaines précisés ci-dessus, le 2e élément étant tiré du grec.
Prononc. Cf. cœli(o)-. Étymol. et Hist. Empr. au gr., « commun », servant à former surtout des subst. composés dont le 2e terme est également empr. au gr.; le préf. était déjà vivant en gr. et en lat. (cf. étymol. cœnure, cénobite et cénesthésie).

cœno-
Élément de mots didact., du grec koinos « commun », désignant la présence simultanée de plusieurs éléments dans un même organe (ex. : cœnogamète, n. m., « gamète à plusieurs noyaux ») ou encore signifiant « de même nature » (ex. : cœnogénétique, adj., « se dit de l'embryologie “condensée” des espèces sans formes larvaires, où l'embryon a déjà la forme adulte »). Var. : céno-.

Encyclopédie Universelle. 2012.